RECRUTEMENT ET PERIODES PROBATOIRES

§1

On aura toujours à l'esprit que d'après le droit de l’Église, "tous les fidèles jouissent du droit de n'être soumis à aucune contrainte dans le choix d’un état de vie » (CIC, canon 219)[1].
 
On remarque, sur le point du recrutement « vocationnel », une grande dérive prosélyte. Le souci excessif d'expansion de la communauté se fait au détriment de l'écoute des personnes et prend le pas sur la maturation d'un projet de vie personnel et authentique.
 
Les paragraphes qui suivent développent dans le détail des points essentiels à contrôler.


Communication d’appel à la vie consacrée

Cette communication passe de plus en plus par Internet. Pour rester « vraie » elle se doit d’éviter les méthodes du marketing destiné à la consommation aussi bien que de la propagande organisée en préalable à une emprise psychologique.
 
Ainsi on ne peut tolérer l'utilisation pour "appâter" ou recruter des « codes » à la mode parmi la jeunesse, qu’il s’agisse de codes vestimentaires, de pratique de sports qu’ils soient extrêmes ou non, de loisirs collectifs déterminés par les origines sociales. Ces choses n'ont rien à voir avec ce qui est convoqué dans une vocation au don total de soi tel que pratiqué dans ces mouvements.
 
 
 
Eviter d’aggraver l’opposition risquant de surgir entre adolescents, entre les jeunes et leurs parents en pratiquant une lecture littérale non contextualisée de textes des Evangiles qui annoncent la division dans les familles, ce qui reviendrait à adopter une attitude fondamentaliste.
De même les prédicateurs de retraites dites d’orientation doivent faire preuve de retenue en s’abstenant d’enseigner aux jeunes de façon anticipée les réponses à fournir aux objections que les parents ne manqueront pas de leur faire s’ils s’engagent prématurément dans une vie consacrée.
Eviter toute mise en scène idyllique de la vie consacrée parmi une population toujours jeune, toujours souriante, toujours bien nourrie et en bonne santé, dans une nature toujours ensoleillée et verdoyante, parmi des personnes toujours épanouies parce qu’elles bénéficient de l’aide de la communauté.
Cette présentation "jeuniste" pose de plus la spiritualité comme fait générationnel. On ne s'étonne pas qu'on dise ensuite aux nouveaux entrés : "vos parents ne peuvent vous comprendre, notre vocation est trop originale et neuve."
 
La communication sur Internet doit rester sobre : c’est une communication et non une publicité. Elle informe. Elle se garde de harponner. C'est le respect de ce qu'on prétend promouvoir, mais aussi des personnes à qui on ne peut voler la générosité, les rêves, les enthousiasmes.
 
Dans le même esprit l’appel à s’engager dans une mission humanitaire et/ou évangélisatrice via une ONG affiliée à la communauté ne doit pas reprendre les clichés et images révolus d’une époque où les nations européennes colonisaient une grande part du monde et étaient censées lui apporter la santé, la civilisation et le développement intégral.

[1] CIC : Codex iuris canonici, autrement dit Code de droit canonique.

§2

Recrutement

Il arrive fréquemment que des communautés incitent leurs jeunes recrues à interrompre leurs études, les rendant ainsi inaptes à un retour à la vie active.
Les communautés et mouvements doivent donc s’interdire de recruter des jeunes qui n’ont pas achevé la formation dans laquelle ils sont engagés. Les communautés doivent s’engager à les laisser acquérir avant l’entrée une qualification professionnelle reconnue (diplôme + première expérience professionnelle), de sorte qu’ils aient la possibilité de revenir à la vie civile dans les meilleures conditions si la vie religieuse ou si le laïcat consacré ne leur convient pas. Ainsi ils ne se trouveront pas piégés. La communauté ne pourra que tirer profit de cette stratégie : ils pourront y développer leurs talents.
 
Les communautés et mouvements ne doivent pas recruter des personnes atteintes d’une maladie ou d’un handicap qui les empêcherait d’avoir un discernement personnel et une décision libre. Ils se renseigneront avec soin sur le passé judiciaire de ceux qu’ils reçoivent et demanderont un extrait de casier judiciaire avant tout engagement définitif.


Postulat, noviciat

Pendant les périodes où les jeunes sont regardants, postulants ou novices, les communautés et mouvements ne doivent pas leur demander l’état de leur patrimoine personnel ni de renoncer à leurs biens (compte bancaire ; livret d’épargne) ni à leurs relations (ne pas clore l’adresse Internet, ne pas résilier la ligne téléphonique), ni à des échanges avec des personnes de sexe opposé.
 
 
 
Il convient de respecter strictement la règle selon laquelle le noviciat ne doit pas excéder deux ans (CIC, c. 648 § «), l’éventuelle prolongation de six mois devant demeurer une exception et n’est pas extensible au-delà de ce délai (CIC, c.653 § 2). Pendant cette période la communauté doit cotiser pour la retraite (à la CAVIMAC en France). Si le (ou la) novice constate que ce n’est pas fait, son intérêt est de quitter tout de suite un Institut ou une Congrégation qui ne respecte pas les engagements ecclésiaux.
 
Durant toutes ces périodes la maturité des postulants doit être éprouvée, notamment dans la liberté du dialogue avec les supérieurs.


Famille

Un discernement sain se fait hors de toute pression familiale autant que communautaire.

Les communautés se donnent trop souvent le privilège de la pression et écartent tout rôle de la famille dans le discernement. Sauf famille complètement acquise, ce qui n'aide pas mieux un discernement équilibré, elles s'imposent comme la nouvelle et unique famille, coupant le postulant de sa famille biologique.
L’atteinte de la majorité légale à 18 ans ne doit pas, bien au contraire, remettre en cause ce principe qui fait des familles les partenaires privilégiés de la vie consacrée de leurs membres.

§3

Relations aux proches

Droit à téléphoner, à communiquer par courrier, Internet ou SMS : Le novice ou postulant a le droit de téléphoner à ses proches (famille, amis) sans être écouté ou espionné, et à la fréquence qu'il souhaite. Ce droit doit pouvoir être exercé au moins une fois par semaine et même une fois par jour lorsqu’il est entré depuis moins d’un mois. Il a le droit de communiquer par courrier, par Internet, SMS et de façon générale au moins une fois par semaine et de façon générale accéder à tout moyen électronique de communication en toute confidentialité. Il doit disposer d’une adresse de messagerie privée même si l’ordinateur est partagé par plusieurs utilisateurs. Les proches ont le droit de lui téléphoner à des heures qui peuvent être définies à l’avance dans les mêmes conditions de confidentialité et de périodicité. Ils peuvent également communiquer avec lui par courrier, par Internet ou par SMS.


Port de l’habit religieux

Durant la période de discernement, et jusqu’au noviciat, le port de l’habit religieux devrait être proscrit, pour éviter le conditionnement par l'anticipation de l'engagement. Dans la même logique, l’habit du novice devrait être distinct de celui de la personne engagée par des vœux. Le renouvellement régulier des effets civils doit pouvoir s’effectuer.
 
 

Règlement des situations ambiguës

Au moment où paraît ce document nous héritons de situations ambiguës concernant des laïcs dits "consacrés", qui doivent mener une vie religieuse et communautaire, mais qui n’en restent pas moins des laïcs avec les droits et devoirs afférents à leur état. Pour ces personnes il convient que le statut social soit clairement défini conformément au droit du travail en vigueur dans le pays où ils se trouvent.
 
Sur ce point on note avec intérêt le souci de l’Eglise de France de se doter d’une Convention Collective pour le personnel qu’elle emploie. Il conviendra que cette convention prenne en compte le statut des personnels de service employés dans les sanctuaires, centres de pèlerinage, de retraite et de façon générale tous établissements conçus pour l’accueil, l’hébergement et la restauration des fidèles.
 
Sur la base de la grille conventionnelle et des enquêtes ACEMO[1] des solutions innovantes doivent être trouvées. Il en est de même pour un certain nombre de cas individuels mal réglés jusqu’à ce jour.

[1] Les enquêtes trimestrielles de l’INSEE français (Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques) pour le compte du Ministère du Travail sur l’Activité et les Conditions d’Emploi de la Main d’œuvre (ACEMO) sont un indicateur intéressant. La branche 3206 (Eglise) présente les statuts 5017 du Personnel de l’Eglise de France et Associés présentés par catégorie socio-professionnelle, filière, niveau et coefficient.

Page 5 sur 25