Suppression des libertés

Relations aux proches

Droit à téléphoner, à communiquer par courrier, Internet ou SMS : Le novice ou postulant a le droit de téléphoner à ses proches (famille, amis) sans être écouté ou espionné au moins une fois par semaine et même une fois par jour lorsqu’il est entré depuis moins d’un mois. Il a le droit de communiquer par courrier, par Internet, SMS et de façon générale au moins une fois par semaine et de façon générale accéder à tout moyen électronique de communication en toute confidentialité. Il doit disposer d’une adresse de messagerie privée même si l’ordinateur est partagé par plusieurs utilisateurs. Les proches ont le droit de lui téléphoner à des heures qui peuvent être définies à l’avance dans les mêmes conditions de confidentialité et de périodicité. Ils peuvent également communiquer avec lui par courrier, par Internet ou par SMS.

Vacances et retraite

Quelques semaines de vacances dans l’année pour se retrouver dans sa famille ou avec des proches, cela répond également aux usages du monde contemporain quand la personne n’est pas dans un ordre cloîtré.
Le choix d’un lieu de retraite annuel doit se faire en dehors de l’Ordre, de la Congrégation ou de la Fraternité à laquelle on appartient pour éviter tout formatage et permettre une plus grande ouverture d’esprit, une respiration spirituelle. Ce choix est donc personnel.

L’OBLIGATION DE FORMATION

[*]     «Tout au long de leur vie, les religieux poursuivront avec soin leur formation spirituelle, doctrinale et pratique, et les supérieurs leur en fourniront les moyens et le temps nécessaire» (CIC, c. 661).
Cette obligation a été reprise dans plusieurs directives pontificales et notamment de l’exhortation «vita consacrata». Elle a été réactualisée le 29.11.2013 par le pape François s’adressant aux Supérieurs d’Ordres masculins. La formation continue est valable tout au long de la vie et pas seulement durant le noviciat, "jusqu’au dernier souffle" comme l’affirme le Cardinal Braz de Aviz dans La Croix du 04.12.2015.

Formation intellectuelle et professionnelle

Tous les moyens seront mis à disposition pour parfaire cette formation et, autant que de besoin, acquérir des titres et diplômes reconnus dans des Universités catholiques ou laïques, Ecoles et organismes de formation agréés. Il va de soi que les études engagées avant l’entrée dans la communauté doivent être menées à leur terme logique avant l’engagement dans la vie consacrée. Si la volonté du postulant était de les interrompre, la communauté devrait au contraire l’inciter à les mener jusqu’à leur terme. Ce que l'on observe, c’est le contraire : quantité de communautés convainquent des jeunes d’interrompre leur parcours universitaire ou diplômant pour répondre immédiatement à l’urgence de l’appel vocationnel.

Formation communautaire

Un processus d’intégration à la vie communautaire doit être mis en place selon diverses formules (tutorat, etc.). En outre le travail de groupe est en complément des tâches individuelles effectuées isolément, car il fait partie de l’apprentissage communautaire.

Formation spirituelle

Un soin particulier doit être donné à une formation élargie. En aucun cas cette formation ne doit être limitée aux seuls écrits du fondateur de la communauté. Elle doit comporter obligatoirement une ouverture vers la pensée et la spiritualité d’autres communautés et d’autres auteurs.

Formation apostolique

C’est un souhait du Pape François. Elle implique nécessairement une ouverture vers l’extérieur, vers le monde actuel et ses réalités, même et surtout si les personnes consacrées sont cloîtrées.
 
Il est à noter un point de vigilance. On peut penser qu'il est inutile d'insister sur cette formation apostolique. Or si toute communauté se réclame de l’apostolat, certaines abusent de cette notion au profit d’un prosélytisme agressif tel que celui stigmatisé par le pape François dans ses entretiens d’août 2013 avec le père Spadaro publiés dans la revue jésuite "Etudes" en octobre de la même année.
 
La formation apostolique ne signifie donc pas apprendre et appliquer les schémas d’apostolat du mouvement, mais entrer en intelligence avec le monde dans la visée d’un dialogue. L’absence d’écoute du monde est contre-productive à une fin d’apostolat. La formation apostolique ne peut se réduire à une méthodologie fondée sur l’idée de production de vocations, mimétique d’un esprit industriel et de concurrence. Elle n'est pas prosélytisme. Et elle ne peut réduire le monde extérieur à des comportements schématiques.

La formation apostolique devra donc se mettre à jour sur les directives de l’Eglise en ce sens. 

Mais comment espérer une telle formation quand la personne membre n’a pas elle-même été respectée dans le processus de maturation de sa vocation ?

[1]www.la-croix.com/Religion/Actualite/ENTRETIEN-Cardinal-Joao-Braz-de-Aviz-On-doit-se-sentir-au-monastere-comme-dans-une-famille-2015-12-04-1388849

L’ECOUTE DES FAMILLES

Il arrive fréquemment que la victime ne parte pas parce qu’elle est sous emprise, qu’elle ne sait où aller ou parce qu’elle connaît des troubles psychologiques renforçant son état de dépendance. Dans ce cas l’écoute des victimes indirectes que sont les familles est primordiale. Les refus de rendez-vous dans les évêchés ne doivent plus exister.
 
Les familles et/ou les proches doivent être considérés a priori comme étant de bonne foi, a priori comme ne cherchant pas à faire obstacle à la vocation de l’être cher, a priori comme étant bien informés ou conscients d’une situation qui échappe à d’autres. Une réponse doit leur être apportée. Ce dialogue est nécessaire, même hors cas d’abus effectifs, pour les familles réfractaires au fait religieux tel qu’il se manifeste dans la vie communautaire. Les associations peuvent par ailleurs les aider à distinguer.
 
En cas d’abus, la souffrance des familles et des proches doit être reconnue, respectée. Des efforts doivent être faits au niveau ecclésial pour la soulager, surtout quand l’abus a provoqué un dégât irréversible : rupture du lien familial, suicide, hospitalisation en milieu psychiatrique, etc.
 
Tout courrier adressé par un proche de la personne consacrée signalant une dérive doit faire l’objet d’un accusé de réception, et d’une réponse écrite et doit rester confidentiel. Le témoignage ou la plainte doit être considéré a priori comme étant recevable et doit déclencher, selon une procédure d’urgence, une enquête appropriée menée par des personnes indépendantes.

Page 8 sur 10