De la désillusion a la reconstruction personnelle

Le texte qui suit est un compte-rendu d’un atelier de travail et d’échanges qui s’est tenu aux USA, piloté par Carol Giambalvo et réunissait d’anciens adeptes de Communautés et cultes  abusifs. Il a été publié sur le site http://www.refocus.org.  Nous vous en présentons la traduction effectuée par nos soins en essayant de nous tenir au plus près des expressions utilisées par les participant. 

Un ancien membre qui a participé à l'atelier du Colorado avait fait une observation intéressante lors d'un atelier de reconstruction personnelle. Nous étions dans une session consacrée à la douleur et à la colère. Et nous étions là pour explorer les sentiments que nous avions rencontrés dans notre processus de deuil... le deuil des pertes dont nous avons souffert à la sortie de la communauté. Une fois que nous en eûmes terminé la liste, il a attiré notre attention sur le fait que nous avions aussi établi une liste de ce que les communautés nous avaient offert au moment du recrutement quand elles avaient fait appel à nous. Voici les listes: vous pouvez faire votre propre liste personnelle pour voir quels idéaux et quelles aspirations vous avez cru pouvoir  atteindre en faisant partie de ce qui ressemblait à un mouvement spécial offrant un objectif de dépassement personnel. Et vous pouvez la comparer aux dommages que vous avez subis ... (à ce qui vous est arrivé).

Qu'est-ce que le groupe vous offrait ? A quels sentiments avez-vous fait face quand vous avez quitté le groupe ?

Transformation ………………………… .…Perte de la sécurité
Une vie simple…………………………….. .une vie dévastée
Un " appel " ……………………………… . .de la Tristesse
le salut …………………………………….. .la culpabilité,  la honte                        
La Vérité……………………………………. la Confusion                                          
La croissance spirituelle …………………  l’Embarras
La sécurité………………………………… ..Incapacité à prendre des décisions
 Une famille………………………………….une Perte familiale
Un sentiment d'appartenance    ………… .l’anomie
la puissance           …………………………l’anxiété
Sauver les gens……………………………..la  frustration
Changer le monde ………………………….Sentiment d’être dépassé
Faire la différence ………………………… .Perdre ses amis
Un objectif de dépassement ……………….la perte de l'innocence
le développement personnel      ………… ..l’Incrédulité         
L’exclusivité             ………………………. .la  perte de la crédibilité                       
Fin du karma           …………………………une crise existentielle
Immortalité …………………………………  le sentiment d’être déconnecté
La perfection           ………………… ……   la perte de sens
Relation profonde avec Dieu       ………… .Perte de la communauté
Le paradis sur terre …………………………l’humiliation
la guérison …………………………………  .la colère d'avoir été trompé
la survie …………………………………… . .l’inadaptation
Changer la conscience du monde …………la crainte
Une communauté ……………………….  ... Rage
Et aussi ………………………………….....  le rejet. Etre rabougri. L'isolement et la solitude. Sentiment d’être endommagé. La désillusion

Il est important que nous reconnaissions les pertes dont nous avons souffert et que nous en fassions le deuil de sorte que, finalement, nous puissions aller vers des changements positifs, réengager nos capacités de pensée critique et progresser vers nos propres objectifs. La douleur qui est exprimée et vécue a un potentiel de guérison qui peut éventuellement renforcer et enrichir notre  vie.

 
à N’hésitez pas à réagir vous aussi en écrivant à : contact@avref.fr

Scénarios de la Reconstruction personnelle

I - Rapport au temps :

- Le passé : il est terminé. On fait une croix dessus. Il fait partie d’une vie révolue
Ou bien :
- C’est un mauvais souvenir. On reste accroché aux souvenirs négatifs et on ne veut pas retomber dans les mêmes pièges.
Ou bien :
- Il fait partie du présent : on continue à se plaindre. On connaît les pièges et on reste accroché aux souvenirs négatifs.

Le présent :
- C’est une période d’interrogation. On sait ce que l’on ne veut plus, mais on cherche encore la solution.
Ou bien :
- On ressent toujours l’obligation de choses à faire

L’avenir :
- Il n’est pas pensé. On ne s’y projette pas. On ne s’en inquiète pas : c’est le grand vide.
D’où risque de retourner vers ce qu’on vient de quitter, ou de tomber dans une nouvelle dépendance.
Ou bien :
- On tente des solutions inefficaces, on n’arrive pas encore à dire ce que l’on veut et l’on s’épuise. On ne s’arrête pas pour réfléchir à ce que l’on fait.
Ou bien :
- On pense qu’on n’a pas le choix. Et on s’attelle au problème. On prend conseil autour de soi.
On prend le temps de se renseigner.

II - Rapport au travail

- Absence de projet professionnel. Travail à reculons. Pas d’investissement personnel. Chômage ou vie en dépendant des autres. Ou encore départ irréfléchi dans toutes les directions.
Ou bien :
- On fait un bilan personnel, on nourrit un projet, on a une nouvelle ambition et on cherche le bon compromis entre ce que l’on rêve de faire et la réalité de l’emploi
Ou bien :
- On n’a pas de projet et on prend ce qui se présente pour s’occuper, sans réfléchir, pour combler le vide, mais, au moins, on sait s’adapter à l’urgence de la situation. C’est l’attitude de dépannage dans l’urgence. Il faut éviter qu’elle se prolonge.

III - Rapport à la vie sociale

- On reste dans le cercle des « ex », des ancien(ne)s, de celles et ceux qui ont vécu la même chose.
Ou bien :
- On ne veut plus en entendre parler et on leur tourne le dos. On coupe avec le passé et on cherche à se recréer un nouveau cercle de relations.
Ou bien : On reste ouvert à tout contact, ancien ou nouveau. Et l’on respire…

IV - Rapport à la vie familiale

- On renforce les liens avec la famille et on essaie de renouer avec les amis que l’on a connus « avant ».
Ou bien :
- On se détache de la famille, on entretient des liens distendus. Il y a quelque chose de brisé.

Conclusion

A noter que ce rapport à la vie familiale et aux proches dépend autant de leur attitude, de leur compréhension (ou de leur incompréhension) que de la notre. Dans tous les cas il faut laisser le temps arranger les choses.