LE CHEMIN NEUF

§1

Née d’un groupe de prière en 1973 à Lyon (France), la Communauté du Chemin Neuf est une communauté qui se définit comme catholique à vocation œcuménique.
 
Elle prétend compter aujourd’hui près de 2000 membres dans une trentaine de pays. 300 environ sont déclarés au journal officiel.
 
La communication de la communauté, dans son ensemble, est extrêmement séduisante, empreinte de joie, de gaîté, appuyée par un budget manifestement très important.
 
Les familles représentent environ les 2/3 des membres de cette communauté.
Couples, familles, célibataires consacrés, hommes et femmes croient avoir choisi l’aventure de la vie communautaire à la suite du Christ pauvre et humble pour se mettre au service de l’Eglise et du monde, en fait  les sourires béats des photos publiées cachent des personnes qui se sont inconsciemment mises au service d'une communauté riche à millions, et remarquablement gérée. Ils s'engagent à partager leurs biens et leurs héritages...
 
La communauté a été fondée par le Père Fabre en 1973, toujours présenté comme jésuite, alors qu'il a quitté cette congrégation lors de la fondation. Depuis 2016, le Père François Michon a pris sa suite. De fait, les éléments recueillis démontrent que la toute puissance du Père Fabre au charisme efficace continue.
 
Organisée de manière tentaculaire, la communauté est présente partout, que ce soit dans leurs lieux de rassemblement, dans les foyers étudiants, dans les paroisses, via au minimum les « points net »...
 
Pour la première fois mise en cause dans le livre « Les naufragés de l'esprit » en 1996[1], que la communauté a tenté de faire interdire, cette dernière a prétendu contester la qualité de membre à l'auteur. Le problème reste l'opacité de la qualité de membre puisque officiellement il y a 300 membres environ et dans leur communication plus de 2000.
 
Le Chemin Neuf a été évoqué lors de la proposition de loi relative aux sectes, examinée au Sénat en 2001.  
Le mieux est de se référer à la communication du Chemin Neuf lui même...

  • Notre Communauté n’a pas de fin en elle-même ; la joie que nous partageons d’être frères et sœurs en Jésus-Christ n’a d’égal que notre commun désir d’apporter aux hommes la bonne nouvelle de la Résurrection » Constitutions de la Communauté du Chemin Neuf.
 
La réalité :
 
La joie pour la communauté d'être riche semble tout de même être l'autre fin.
 
Son bilan publié au Journal Officiel fait apparaître notamment en 2011 que résultat final est un profit supérieur à 6.000.000 €, pour un actif persistant supérieur à 20.000.000 €. http://www.journal-officiel.gouv.fr/publications/assoccpt/pdf/2011/3112/305393324_31122011.pdf
 
La communauté s'engraisse à partir de dons multiples, de formations payantes, d'un bénévolat surexploité, de leur participation payante aux JMJ et de toutes leurs organisations. Ils exploitent des terres. Ils ont même une boutique en ligne http://www.laboutique-chemin-neuf.com/fr/

La fondation Hautecombe, gérée par la communauté appelle aux dons des plus riches en faisant miroiter la défiscalisation de l'ISF. Il est préférable de donner au delà de son impôt pour vraiment donner. Ses comptes ne sont pas publiés.  http://www.chemin-neuf.org/aidez-nous/faire-un-don-org/soutenez-la-fondation-dhautecombe


[1] Les Naufragés de l’Esprit est un livre de Thierry Baffoy, Antoine Delestre et Jean-Paul Sauzet paru en 1996 aux Editions du Seuil, ISBN 2-02-026413-7.
Sous titré « des sectes dans l’Église catholique », il fit scandale en dénonçant des dérives dans le renouveau charismatique catholique par la publication de témoignages d’anciens membres de ces communautés et d’analyses de leur fonctionnement.
Le livre est en grande partie composé de témoignages et de récits d’anciens sympathisants ou membres de communautés du renouveau charismatique : le Chemin Neuf et les Béatitudes.

§2

 
Les fonds voyagent semble-t-il entre différentes structures, on ignore ce que deviennent les bénéfices à l'heure où se pose encore notamment la question de mieux rentabiliser les hectares attenants aux abbayes qui lui sont confiées.

Elle dispose de nombreux immeubles en donation ou en commodat. Le commodat est un contrat par lequel l'une des parties livre une chose à l'autre pour s'en servir, à la charge par le preneur de la rendre après s'en être servi. Ce prêt est gratuit, le prêteur reste propriétaire. Les engagements qui se forment par le commodat passent aux héritiers de celui qui prête, et aux héritiers de celui qui emprunte. Mais si l'on n'a prêté qu'en considération de l'emprunteur, et à lui personnellement, alors ses héritiers ne peuvent continuer de jouir de la chose prêtée.
 
Les membres sont persuadés que leur communauté est pauvre, ils se mettent « au service » toute la journée, payent leurs formations et leurs séjours. Ils sont nourris des produits périmés qu'on leur donne via des accords passés avec Carrefour et la banque alimentaire pour les périmés et invendus, et les dons des populations locales.

  • « Disciples du Christ, couples et célibataires consacrés engagés dans la même communauté » Le chemin neuf fait une de ses spécificités la vie en commun des « couples et des frères et sœurs consacrés dans le célibat ». 
La réalité:

 
Les membres habitent en « fraternité de vie » ou en « fraternité de quartier ».
 
En fraternité de vie, couples, célibataires et frères et sœurs consacrés y vivent et y occupent la quasi-totalité de leur temps.
 
En fraternité de quartier, ils habitent chez eux, à proximité et ont une activité professionnelle.
 
Faute d'autres centres d'intérêts que leur vie communautaire, ils en deviennent captifs et finissent par s'isoler de leurs familles et proches comme du reste de l'actualité et du monde. La communauté supplante tout.
 
En principe l’engagement dans la communauté concerne uniquement les couples et non leurs enfants, ceux-ci sont cependant les premières proies : « bénéficiaires du chemin spirituel de leurs parents et les heureux témoins d’une fraternité possible entre personnes de différents âges, cultures et confessions chrétiennes » leurs lieux de vie sont souvent dans des pays dont ils ignorent la langue. S'ils sont scolarisés dans des écoles catholiques extérieures au Chemin Neuf, ils sont totalement baignés dans le système. Le Chemin Neuf assume : le catéchisme, le soutien scolaire, la garderie, l'apprentissage de la langue, les activités ludiques, les cérémonies religieuses pour enfants. A Saragosse, il a pu être constaté qu'elles pouvaient comprendre des actes de contrition détaillés en commun... Devant tous, les enfants s'accusent de péchés et demandent pardon à Jésus.
 
Dans la mesure où les cycles de formations parentales ne durent pas une année scolaire complète, (3 à 6 mois) il est possible qu'ils ne terminent pas leur année scolaire au même endroit. S'ils deviennent polyglottes, cette organisation les rend néanmoins dépendants de la communauté dès leur plus jeune âge. La communauté est leur seul repère.
 
Les « frères et sœurs consacrés vivent selon les Conseils Évangéliques de Pauvreté, Chasteté et Obéissance ». S'ils sont inscrits dans les constitutions du Chemin Neuf, le vœu d'obéissance est dédié au supérieur général, pas au Pape. Les prêtres et les frères sont regroupés dans l’Institut Religieux du Chemin Neuf,  leur reconnaissance par le Vatican reste dans l'opacité. Quant aux sœurs consacrées elles ne sont que membres de l’Association Publique de Fidèles, mais ne sont pas religieuses.
 
Certes la mise en scène de ces vœux est très séduisante mais quid des retraites et assurances sociales ? Quid aussi de ce que deviennent les membres qui veulent quitter ? Quid enfin de la validité de ces vœux aux yeux de l'église ?

  • Mission Jeunes 14-18 ans 

La pédagogie de la mission auprès des jeunes entre 14 et 18 ans est basée sur trois piliers :
 
La fraternité : le Chemin devient la seule et vraie famille des jeunes, tout est mis en place pour que les ponts soient coupés astucieusement et au fur et à mesure, distance géographique, abandon des études pour se consacrer à Dieu, critique de l'environnement d'origine pour mieux se présenter comme la solution du bonheur spirituel.

§3

La prière : elles sont obligatoires et en commun. Il est bon que Noël soit passé en « frat », amis et famille commencent à être écartés...
 
La fête : « Les semaines ou week-ends proposés au 14-18 ans se déroulent autour d’un thème (Bâtir sur le Roc, Deviens ce que tu es...) , mêlent des moments d’animation (chants, danses, jeux, catéchèses, témoignages), des temps de prière, mais aussi d’échange et de partage en petits groupes »....  il est important, avant de s'engager, de garder en tête qu'il faut garder du temps pour la fête avec les autres la famille, les amis...

  • Foyers d’étudiants 

Les foyers d'étudiants proposent l'hébergement pour un prix attractif. Ce système d'accueil rassure les parents qui voient un lieu encadré avec une inspiration religieuse sécurisante.
 
I faut se rappeler que les immeubles sont gratuits pour la communauté (donnés ou mis à disposition avec le système du commodat) et que les repas sont très souvent fournis en produits périmés. Le Chemin Neuf y fait du profit.
 
Office le matin, adoration eucharistique le soir, célébrations ponctuelles et fréquentes, messe le dimanche, un prêtre de la communauté vient régulièrement. Si tout n'est pas officiellement obligatoire, le phénomène de groupe tourne souvent à un résultat inquiétant : les études deviennent psychologiquement secondaires par rapport à « l'engagement », sachant que tout est suggéré pour rester dans le confort d'une communauté qui prend soin d'eux et va rendre les étudiants heureux.
 
Ouest-France a publié à juste titre « Les dents grincent » quand le foyer catholique de Nantes a été confié au chemin neuf...

  • Mission Jeunes 18-30 ans 

« Dans tous les lieux où elle se trouve, la Communauté exerce un ministère particulier auprès des jeunes et leur ouvre très largement ses portes de multiples propositions pour connaître et suivre le christ »
 
Festivals internationaux à Hautecombe et dans plusieurs villes d’Europe ou du monde, Chorale internationale du Chemin Neuf, retraites Jéricho, soirées de louange... Cycles de formation en week-ends et soirées, écoles de langues en Allemagne, en France et au Royaume-Uni, stages communautaires, Cycle ou retraite Jean-Baptiste, discernement,  accompagnement spirituel, Exercices spirituels selon Saint Ignace, service, projets caritatifs, fraternités, spectacles d’évangélisation... la liste est longue de ce qui leur est proposé dans les différentes structures.
 
Bien entendu rien de tout cela n'est gratuit.
 
Outre que tous ces événements rassemblent les réserves émises plus haut, nous nous sommes particulièrement inquiétés des exercices selon Saint Ignace. Il s'agit d'une première expérience de 7 jours suivie de plusieurs de 30 jours, durant lesquelles les membres sont réduits au silence complet, à l'exception de quelques instants passés avec le berger.
 
La privation sensorielle est une méthode de thérapie très contestée, qui a servi de système de torture à la CIA. Le cerveau, à défaut de pouvoir traiter des informations réelles, devient peu à peu submergé par ses propres productions spontanées. Cet exercice, couplé à la seule communication brève et quotidienne avec le berger peut évidemment conduire à une totale emprise psychologique. La mise en place de ce procédé de manipulation ouvre une piste intéressante pour expliquer le syndrome de Stockholm, qui voit le captif épouser de lui-même la cause de son ravisseur.

§4

  •  JET :
« Jeunes à l’étranger Volontariat international  partir pour 1 an ou 2 ans à l’étranger (Brésil, Côte d’Ivoire, Tchad, Congo, Israël, Martinique, Maurice...). Porter un projet de développement et de soutien à la mission, en lien avec l’église locale. »

Le Chemin Neuf propose aux jeunes des séjours dits humanitaires, en réalité il s'agit surtout de missions d'évangélisation.
 
Les jeunes ne partent pas avec le statut de VSI (volontaire solidarité internationale) pour lequel le Chemin Neuf n'a pas l'agrément, mais avec un statut qui n'en est pas un : bénévole.
 
Pour pouvoir partir il faut faire une formation de trois mois, dans laquelle on prie plus qu'on ne se forme à l'humanitaire et dans laquelle il y a le premier épisode d'exercice Ignacien de 7 jours. Cette formation est payante, elle se passe dans la vie communautaire.
 
Pour pouvoir partir, il faut financer son voyage, son assurance sociale et donner plusieurs milliers d'euros à la communauté (7000 en 2013 pour 2 ans à Madagascar). Ce don est fiscalement déductible, si le voyage ne se fait pas il est remboursé si vous n'avez pas encore reçu l'attestation fiscale.
 
Sur place on est nourri comme d'habitude à moindre frais voire pas de frais du tout.

  • Les paroisses 

Lorsque le Chemin Neuf se voit confier une paroisse, les premières initiatives vont consister à mettre en place leur propre prêtre et à s'emparer du catéchisme. (Exemple celle de Bourgoin-Jallieu où les paroissiens l'ont mal vécu)
 
Certains enfants se mettent à contester le catéchisme classique qui leur est enseigné dans les écoles privées dans lesquelles ils sont inscrits. (notamment à Lyon)
 
Petit à petit la paroisse se transforme, les anciens paroissiens investis sont évincés...
 
La notion de "communauté-curé" supplante le curé quand une paroisse est confiée au Chemin Neuf. Il est impératif de souligner que canoniquement un évêque confie toujours une paroisse à un curé, à un homme et pas à une communauté.

  • CENTRE SILOE (guérison intérieure) ;

Ce centre a pour objectif un parcours de guérison intérieure et réconciliation en considérant la personne dans toutes ses dimensions : physique, psychique et spirituelle.


« Il est vivement conseillé de commencer un chemin de guérison par une anamnèse avant de s'inscrire au cycle Siloé. » … « L'anamnèse est une retraite de 4 jours, en silence, pour relire son histoire à la lumière de l'Esprit Saint. »


On en revient aux exercices ignaciens, sur une durée un peu plus courte.


Les méthodes appliquées sont affirmées comme étant mises au point par des professionnels, il s'agit en réalité d'exercices psycho-spirituels. Sont organisées des sessions de délivrance pour obtenir la libération et, s'il le faut, on passe à l'exorcisme.

Conclusion

Pour toutes ces raisons, l'AVREF ne peut que déconseiller cette communauté ou de l'aborder avec la plus grande prudence.