La Légion du Christ (REGNUM CHRISTI)

La Légion du Christ (LC) est à l’origine une congrégation religieuse de prêtres catholiques, de droit pontifical, fondée en 1941 au Mexique par Marcial MACIEL Degollado.
Cette congrégation, forte en Amérique latine, est présente sur tous les continents.  Elle agit également sous le nom de Regnum Christi, aujourd’hui plus présentable que celui de Légion du Christ qui évoque immanquablement les scandales liés à la personnalité du fondateur. Elle se présente également à différentes catégories socio-professionnelles par le biais de diverses associations, fondations, ONG, reprenant ainsi la vieille technique des « courroies de transmission » développée en d’autres temps par des mouvements politiques. Elle essaie également de recruter des jeunes dès l’adolescence par le biais de l’ECyD (Encounters, Convictions, your Decisions, en français rencontres, convictions, tes décisions). Les légionnaires du Christ font vœux de pauvreté, d'obéissance, de chasteté, et, ce qui est inhabituel, jusqu’à une époque récente, voeu d’humilité, ce qui prête à sourire.
En effet disposant de moyens financiers importants obtenus par des legs et fondations, la Légion du Christ se manifeste en effet auprès des laïcs dans de nombreux domaines tant sociaux que culturels, elle est à l'origine de l'organe de presse Zenit.org, ainsi que de la création d'universités et, quand elle est présente, sa domination est clairement ressentie.

C’est seulement à partir de 1998, qu’a débuté la remise en cause liée aux abus sexuels commis par son fondateur ainsi qu'à un mode de fonctionnement secret et contraignant. Mais il a fallu attendre que les scandales s’amplifient jusqu’au 9 juillet 2010, pour qu’un délégué pontifical, Mgr Velasio de Paolis, soit nommé à la tête de la congrégation après enquête. La congrégation n’a pas été dissoute, malgré de nombreuses démissions. Aujourd’hui Regnum Christi revendique 30.000 membres à travers le monde, en majorité des laïcs. Ce qui est certains c’est que les effectifs, qui auraient atteint 70.000 adhérents au meilleur moment, ont considérablement fondu. Les statuts ont été simplement réformés et de nombreux dirigeants de l’ère Maciel sont restés en place.
 
La double vie du père Maciel, utilisant parfois une fausse identité, et gérant d'une façon opaque une fortune considérable, a été de plus en plus mise au jour. Pour le sociologue et psychanalyste Fernando Gonzalez, auteur de deux ouvrages sur la Légion du Christ, son fondateur « était un calculateur rusé qui s'adaptait parfaitement à chaque situation ». Il a également mis en place, pour assurer son pouvoir, un système efficace de captation des esprits facilité par une discipline très stricte, y compris dans ses séminaires assimilables à des prytanées militaro-religieux.
Bien qu’il soit disparu sa personnalité hante toujours un mouvement qui peine à se réformer de l’intérieur, et à se trouver des raisons particulières de se maintenir. Mais cela ne l’empêche pas d’utiliser une importante logistique et une communication soignée orientée vers les plus jeunes pour capter les bonnes volontés par de multiples activités. Le terme « légion » soulignant le caractère militaire de cette organisation reste toujours approprié. Son aspect discipliné et bien éduqué se veut rassurant auprès des familles. Comme le dit Fernando Gonzales à propos du fondateur, la « Légion du Christ » sait toujours s’adapter parfaitement à chaque situation.