LA PAROLE MANIPULEE

§1

Comme si tout être humain n’avait pas une vocation !
Mais il s’agit là de « la » vocation, leur disent-ils. La vocation sans se donner le temps d’y voir clair, sans expérience de la vie. Sans expérience de toutes les vies : vie étudiante, vie professionnelle, vie culturelle, vie sentimentale aussi…Cela se fait toujours en douceur. Mais pour l’auteur :
« Par « manipulatoire », on entendra, …une action violente et contraignante, qui prive de liberté ceux qui y sont soumis. Dans ce sens, elle est déshonorante et disqualifiante pour celui qui met en œuvre de telles ressources, quelle que soit la cause défendue. »
Il s’appuie sur les écrits de Lionel Bellenger, auteur d’un ouvrage de référence:
« Lionel Bellenger, dans un ouvrage consacré à la persuasion , fait référence, pour la condamner, à « l’utopie » du point de vue qui consisterait à soutenir que «le persuadeur devrait pouvoir garantir le déclenchement d’un consentement libre et authentique chez le persuadé ».
Persuasion qui s’appuie sur différentes techniques. Nous avons retenu ce qu’il en va de la technique de répétition qui n’est jamais présentée comme telle, mais habillée sous la pensée d’un maître spirituel, toujours le même, dont il convient d’approfondir les écrits ou les discours car il a fondé le mouvement, en est un des inspirateurs et a fini, à l’insu des esprits généreux et des bonnes volontés, à leur corps défendant par en devenir l’unique référence, celle qui est constamment citée comme si « depuis plus de sept mille ans qu' 'il y a des hommes et qui pensent » selon le mot de La Bruyère tout n’avait pas déjà été dit par d’autres, et souvent en meilleurs termes ; comme si l’on pouvait ignorer la pensée des prédécesseurs ; comme si le fondateur, l’inspirateur était un innovateur alors qu’il n’est en fait qu’un vulgaire plagiaire.

§2

« La répétition crée de toutes pièces, artificiellement, du seul fait de ce mécanisme, un sentiment d’évidence. Ce qui nous paraît étrange et sans fondement la première fois – parce que non argumenté – finit par paraître acceptable, puis normal, au fil des répétitions. Cette technique crée l’impression que ce qui est dit et répété a quelque part, très en amont, été argumenté. La répétition fonctionne sur l’oubli que l’on n’a jamais expliqué ce qu’on répète. »
En résumé « dans l’acte de manipulation, le message, dans sa dimension cognitive ou sous sa forme affective, est conçu pour tromper, induire en erreur, faire croire ce qui n’est pas. Ce message est donc toujours mensonger. »
Cela ne veut pas dire que le messager lui-même, le porteur du message soit un menteur.
Au contraire la grande finesse de la manipulation consiste à utiliser un messager de bonne foi, un héritier de la pensée unique lui-même conditionné depuis suffisamment longtemps pour qu’il ne voie pas malice à ce qu’il fait, à ce qu’on lui fait faire ; ou, s’il s’en rend compte pour que ce lui soit trop difficile de se remettre en cause après plusieurs années passées dans la communauté. Dans une organisation qui manipule il existe toujours plusieurs niveaux, plusieurs cercles de pouvoir, le cercle de premier niveau détenant l’information complète (et aussi les finances) tandis que le cercle de deuxième niveau est maintenu dans un déni de réalité qui lui permet de pratiquer le prosélytisme en toute bonne foi, en parfaite candeur.