MIVILUDES


En dépit de l’annonce de la dissolution de la MIVILUDES à la fin de l’année 2019, une longue période de doutes avait suivi au cours de laquelle les dérives sectaires avaient foisonné dans différents mouvements, renforcées en outre par la pandémie liée au coronavirus qui a permis le développement de multiples petites structures. « Force est de constater que le phénomène des dérives sectaires demeure prégnant ; il se renforce même au travers de formes renouvelées – de nouvelles radicalités préjudiciables à l’individu apparaissent », constatait Marlène Schiappa, Ministre de la Citoyenneté au cours de l’automne 2020.  La MIVILUDES a reçu enfin de nouvelles directives. Elle est désormais présidée par le préfet Christian GRAVEL qui dirige le SG-CIDPR (Comité Interministériel de la Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), et dirigée par une magistrate, Madame Hanène ROMDHANE qui peut s’appuyer sur des experts réunis dans un Conseil d’Orientation.

La MIVILUDES apporte sur son site une définition de la dérive sectaire. Pour elle, il s’agit d’« un dévoiement de la liberté de pensée, d’opinion ou de religion qui porte atteinte à l’ordre public, aux lois ou aux règlements, aux droits fondamentaux, à la sécurité ou à l’intégrité des personnes ». Une telle dérive « se caractérise par la mise en œuvre, par un groupe organisé ou par un individu isolé, quelle que soit sa nature ou son activité, de pressions ou de techniques ayant pour but de créer, de maintenir ou d’exploiter chez une personne un état de sujétion psychologique ou physique, la privant d’une partie de son libre arbitre, avec des conséquences dommageables pour cette personne, son entourage ou pour la société », détaille la Miviludes.

L’adresse postale est basée au Ministère de l’Intérieur, Place Beauvau, 75800 – Paris cedex 08. La MIVILUDES aide, conseille, reçoit les signalements et agit, si nécessaire, pour faire cesser par tous moyens légaux les abus et dérives entrant dans le champ des crimes et délits. Même si des faits délictueux ou criminels sont prescrits, un signalement à la MIVILUDES est toujours recommandé dans un but de prévention et de soutien aux victimes.

On peut avec profit consulter son site : https://www.derives-sectes.gouv.fr/


Mis à jour le 25 février  2021


Le Conseil d'Administration de l'AVREF réuni le 5 octobre à Paris a pris connaissance de la situation nouvelle créée par l'annonce de dissolution de la MIVILUDES et approuvé le communiqué suivant :

AVREF communiqué du 07 10 2019.pdf

Cette prise de position ne fait que rejoindre la position prise en 2017 par le Secrétariat Général du Gouvernement qui s’était déjà opposé à la proposition de rattachement au Ministère de l’Intérieur : 

Les préjudices pour la société en matière d'atteintes physiques, morales, financières pour les adeptes, de délitement des liens familiaux ou encore de détournement des circuits économiques justifient le maintien d'une politique interministérielle, garantie par le rattachement de la mission aux services du Premier ministre , avait-t-il indiqué.

Un argument appuyé par le président de la MIVILUDES depuis 2012, Serge Blisko, qui rappelait que 40% des signalements qu'elle traite chaque année relèvent du domaine de la santé.

L'idée d'un transfert à l'Intérieur mettrait à mal notre interdisciplinarité, avait- il indiqué à l'AFP. Source : Le Quotidien du Médecin du 07.09.2017 (Docteur Lydia Archimède)

Nous faisons part également de la "Question au Gouvernement" posée à ce sujet le 15 octobre dernier par un parlementaire :

MIVILUDES QUESTION AU GOUVERNEMENT.pdf


INFORMATION IMPORTANTE : En dépit de l’annonce de la dissolution de la MIVILUDES à la fin de l’année 2019, l’équipe de conseillers en place est toujours présente et fait preuve d’un engagement et d’un professionnalisme que nous saluons.
La création annoncée d’une structure de remplacement n’étant pas effective, il est toujours recommandé de s’adresser à la MIVILUDES qui n’a pas cessé de fonctionner malgré des moyens réduits.
Ultérieurement le rattachement de la MIVILUDES au SG-CIPDR devrait faire l’objet d’une communication. Le CIPDR est le Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation. Ce Comité, créé dans un contexte de lutte contre le terrorisme, poursuit d’autres objectifs que la MIVILUDES. Ceci explique nos fortes réserves sur cette décision des Pouvoirs Publics.

Rédigé le 20 mars 2020