Une organisation caritative catholique confirme
 les allégations d'agression contre son fondateur

> https://angelusnews.com/news/world/catholic-charity-confirms-allegations-of-assault-against-founder/

Elise Ann Allen

> Crux Now  11 févr.2021 •

 3 min de lecture

Le Colisée de Rome est éclairé en rouge le 12 février 2018 pour attirer l'attention sur la persécution des chrétiens dans le monde dans le cadre de la campagne «Mercredi rouge» d'Aide à l'Église en détresse. Aid to the Church in Need affirme que son fondateur décédé a été accusé de manière crédible d'agression sexuelle. (CNS / Remo Casilli, Reuters via Crux)

Mercredi, l’organisation caritative catholique bien connue Aid to the Church in Need, connue pour son soutien aux chrétiens persécutés, a confirmé des informations selon lesquelles le fondateur de l’organisation a été accusé de manière crédible d’agression sexuelle. Un article du 10 février dans un supplément pour le journal allemand Die Zeit a rapporté qu'une visite apostolique dans Aid to the Church in Need (ACN), a eu lieu en 2009, concluant que le fondateur de l'organisation, le père belge Werenfried van Straaten, a été reconnu coupable de «Violations graves» dans quatre domaines de l'enseignement moral et social catholique. Père Werenfried van Straaten. (ACN via Crux.

Le président exécutif d'ACN International, Thomas Heine-Geldern, a confirmé les allégations à Crux. Selon les informations fournies par ACN, l'organisation elle-même avait demandé la visite 2009-2011, qui a été menée par Mgr Manfred Grothe, qui était alors un auxiliaire du diocèse de Paderborn, pour des conseils sur le droit canonique et l'organisation. Il relevait de la compétence de la Congrégation du Vatican pour le Clergé et de son préfet d'alors, le cardinal Mauro Piacenza, car ce département est responsable d'ACN. Dans une lettre de novembre 2010 à Plaisance, Grothe a déclaré qu'au cours de sa visite, plusieurs allégations avaient été formulées contre van Straaten et qu'il avait découvert que le prêtre avait violé quatre domaines de l'enseignement moral et social catholique, y compris une tentative de viol qui a eu lieu. en 1973, «des excès de style de vie, des déficits considérables dans la gestion du personnel et une sensibilité aux idées fascistes».

Die Zeit rapporte qu'en réponse aux conclusions de Grothe, Piacenza a déclaré que son département bloquerait toute tentative de béatification de van Straaten, mais a suggéré que la situation ne soit pas rendue publique, de peur que le scandale n'entrave le travail caritatif de l'organisation. La Congrégation pour le Clergé n'a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire de Crux. La femme impliquée dans l'agression sexuelle présumée de 1973 se serait présentée à ACN en 2010, lors de la visite. Après les allégations, ACN a souligné que ses dirigeants en avaient immédiatement informé la Congrégation pour le Clergé et la conférence épiscopale allemande, mais l’action civile était impossible, puisque van Straaten était décédé en 2003, rendant l’enquête impossible. Le site d'information catholique allemand Katholisch.de a rapporté que les allégations étaient connues de l'ancien archevêque de Cologne, le cardinal Joachim Meisner, grâce à une lettre de Grothe; cependant, l'archevêque actuel, le cardinal Ranier Maria Woelki, n'était pas au courant.

ACN Allemagne a maintenant supprimé les films et les livres sur van Straaten de sa boutique en ligne. Dans ses propres fiches d'information sur la question, ACN a déclaré que la femme, qui travaillait pour l'organisation au moment de l'agression présumée, avait insisté pour que la situation reste confidentielle et avait reçu une somme de 16000 euros «pour tenter de la reconnaître. Souffrance." ACN a déclaré qu'ils n'avaient pas rendu public les allégations contre van Straaten en 2010 parce qu'ils voulaient respecter le désir de la femme de garder son allégation confidentielle, ainsi que pour éviter de «nuire à la réputation de l'entreprise» et d'éviter «d'interférer avec les travaux du projet. . » Bien que l'allégation n'ait pas été rendue publique, ACN déclare qu'une fois que la femme s'est manifestée, les principaux représentants de l'organisation ont contacté la famille de la femme pour éclaircir la situation et ont souligné que tout en s'efforçant d'obtenir des éclaircissements et de la transparence en la matière, «les droits personnels des personnes touchées devraient également être préservées. Un examen approfondi des archives de la Congrégation pour le clergé en 2016 a montré qu'aucune autre allégation d'inconduite sexuelle n'avait été faite contre van Straaten, a déclaré ACN. Ils ont également nié que le fondateur sympathise avec les idées fascistes, affirmant qu'il «condamnait les dictatures et s'y opposait de manière décisive».

Van Straaten acait lancé ACN en 1947 et a dirigé l'organisation jusqu'à sa mort en 2003. Elle a été rétablie en tant que fondation papale en 2011, et «tous les domaines de l'organisation ont été modernisés», y compris la gestion, et des directives sur la prévention des abus ont été introduites. ACN a déclaré que son service aux chrétiens persécutés «reste au centre» de leur travail et a insisté sur le fait que l'organisation continuera «à mener à bien cette tâche grâce à la confiance de nombreux bienfaiteurs sur tous les continents». Ils se sont engagés à faire tout leur possible «pour ne pas décevoir la confiance des bienfaiteurs à l'avenir», afin de s'assurer qu'ils puissent continuer leur service aux chrétiens du monde entier. Dans sa déclaration, ACN a déclaré que l'organisation «regrette profondément les allégations et se distancie de tout comportement dont le père van Straaten est accusé». Ils ont déclaré que les «directives de sauvegarde» pour prévenir les abus sexuels mises en œuvre à la fois en interne et dans l'ensemble des projets internationaux de l'organisation sont une manière concrète dont ils travaillent pour empêcher que des incidents similaires ne se produisent à l'avenir. Van Straaten rejoint maintenant la liste croissante des fondateurs des principales organisations catholiques à accuser d'une forme d'abus, notamment le fondateur des Légionnaires du Christ Marcial Maciel, le fondateur du Sodalitium Christianae Vitae, Luis Fernando Fiagri, le fondateur du monastère de Bose Enzo Bianchi, et le fondateur. de la communauté de L'Arche, Jean Vanier. Balises d'article Crise d'abus, aide à l'Église en détresse.

Elise Ann Allen

CRUX NOW

Catholic charity confirms allegations of assault against founder



> Elise Ann Allen | Crux Now

Feb 11, 2021 • 3 Min Read

The Colosseum in Rome is lit in red Feb. 12, 2018, to draw attention to the persecution of Christians around the world as part of Aid to the Church in Need's "Red Wednesday" campaign. Aid to the Church in Need says its deceased founder was credibly accused of sexual assault. (CNS/Remo Casilli, Reuters via Crux)

On Wednesday well-known Catholic charity Aid to the Church in Need, known for its support of persecuted Christians, confirmed reports that the organization’s founder has been credibly accused of sexual assault.

A Feb. 10 article in a supplement for German newspaper Die Zeit reported that an apostolic visitation into Aid to the Church in Need (ACN), took place in 2009, finding that the organization’s founder, Belgian Father Werenfried van Straaten, was found guilty of “serious violations” in four areas of Catholic moral and social teaching.

Father Werenfried van Straaten

(ACN via Crux)

The executive president of ACN International, Thomas Heine-Geldern, confirmed the allegations to Crux.

According to information provided by ACN, the organization itself had requested the 2009-2011 visitation, which was conducted by Bishop Manfred Grothe, who was an auxiliary for the diocese of Paderborn at the time, for advice on canon law and organization.

It fell under the jurisdiction of the Vatican Congregation for Clergy and its then-prefect, Cardinal Mauro Piacenza, as that department holds responsibility for ACN.

In a November 2010 letter to Piacenza, Grothe said that in the course of his visitation several allegations were made against van Straaten, and that he had found the priest had violated four areas of Catholic moral and social teaching, including an attempted rape that took place in 1973, “excesses in lifestyle, considerable deficits in personnel management, and susceptibility to fascist ideas.”

Die Zeit reports that in response to Grothe’s findings, Piacenza said his department would block any attempt to beatify van Straaten, but suggested that the situation not be made public, lest the scandal impede the organization’s charitable work.

The Congregation for Clergy did not immediately respond to a Crux request for comment.


The woman involved in the alleged 1973 sexual assault reportedly came forward to ACN in 2010, during the visitation. After the allegations were made, ACN stressed that its leaders immediately told both the Congregation for Clergy and the German bishops’ conference, but civil action was impossible, since van Straaten had died in 2003, making an investigation impossible.

German Catholic news site Katholisch.de reported that the allegations were known to the former Archbishop of Cologne, Cardinal Joachim Meisner thanks to a letter from Grothe; however, the current archbishop, Cardinal Ranier Maria Woelki, was not aware. ACN Germany has now removed films and books about van Straaten from their online shop.

In their own information sheets on the matter, ACN said the woman, who worked for the organization at the time of the alleged assault, insisted that the situation be kept confidential, and was paid a sum of 16,000 euros “as an attempt to acknowledge her suffering.”

ACN said they did not go public with the allegations against van Straaten in 2010 because they wanted to respect the woman’s desire to keep her allegation confidential, as well as to avert “damage to the company’s reputation” and to avoid “interfering with the project’s work.”

While the allegation was not made public, ACN states that once the woman came forward, top representatives of the organization did contact the woman’s family to clear up the situation and stressed that while working to obtain clarification and transparency in the matter, “the personal rights of those affected should also be preserved.”

An in-depth examination of the Congregation for Clergy’s archives in 2016 showed that no other allegations of sexual misconduct had been made against van Straaten, ACN said. They also denied that the founder sympathized with fascist ideas, saying he “condemned dictatorships and opposed them decisively.”

Van Straaten launched ACN in 1947 and led the organization until his death in 2003. It was re-established as a papal foundation in 2011, and “all areas of the organization were modernized,” including management, and guidelines on abuse prevention were introduced.

ACN said its service to persecuted Christians “remains at the center” of their work, and insisted that the organization will continue “to carry out this task thanks to the trust of numerous benefactors on all continents.”

They pledged to do everything possible “in order not to disappoint the trust of benefactors in the future,” so as to ensure they can continue their service to Christians worldwide.

In their statement, ACN said the organization “deeply regrets the allegations and distances itself from any behavior that Father van Straaten is accused of.”

They said the “safeguarding guidelines” to prevent sexual abuse implemented both internally and throughout the organization’s international projects is a concrete way they are working to prevent similar incidents from happening in the future.

Van Straaten now joins the growing list of founders of major Catholic organizations to be accused of some form of abuse, including Legionaries of Christ founder Marcial Maciel, the Sodalitium Christianae Vitae founder Luis Fernando Fiagri, the Monastery of Bose founder Enzo Bianchi, and the founder of the L’Arche community, Jean Vanier.